Crispal Afrique > Actualiter > Le CRISPAL accuse Marie Ntumba Nzeza de retarder la ratification du Traité sur l’interdiction des Armes Nucléaires

Le CRISPAL accuse Marie Ntumba Nzeza de retarder la ratification du Traité sur l’interdiction des Armes Nucléaires

Le CRISPAL accuse Marie Ntumba Nzeza de retarder la ratification du Traité sur l’interdiction des Armes Nucléaires

Le collectif « Cri de Secours contre la Prolifération des Armes légères en Afrique », CRISPAL-Afrique membre de la Campagne internationale pour Abolir les armes nucléaires (ICAN) appelle Félix Tshisekedi à ratifier le Traité sur l’interdiction des Armes Nucléaires au cours de cette année 2020. 

« Nous sommes effectivement à la présidence de la République au palais de la nation déposé un mémorandum plaidant en faveur de la ratification du traité sur l’interdiction des armes nucléaires nous demandons au président de la République, chef de l’État d’instruire Madame la ministre des affaires étrangères de transmettre au parlement sans délai le projet de loi portant ratification du traité sur l’interdiction des armes nucléaires enfin de permettre aux deux chambres du parlement d’examiner et d’adopter les dix projets », a dit Jean-Paul MATUK MUNAN, Directeur Exécutif de cette organisation.

Un mémo a été déposé à la présidence ce lundi. 

« C’est juste un appel à la cohérence, je rappelle ici que la République démocratique du Congo fait partie de 122 Etats qui on soutenu l’adoption dudit traité au niveau de nations unies.  La République Démocratique du congo à même signé officiellement ledit traité exactement le 20 septembre 2017 et en octobre 2018 le gouvernement de la République démocratique du Congo a promis de ratifier le traité. Nous sommes en 2020, c’est un dysfonctionnement total », a t-il ajouté.

CRISPAL accuse Ntumba Nzeza d’être derrière ce blocage.

« Madame la ministre s’illustre dans le blocage du bon fonctionnent des institutions. Nous avons encore espoir qu’après le dépôt de ce mémorandum, le parlement pourra recevoir le projet de loi portant autorisation de ratification du traité sur l’interdiction des armes nucléaires enfin que celui-ci autorise le gouvernement de pouvoir le ratifier », a t-il déclaré avant d’ajouter. « Cette démarche trouve tout son sens dans l’inquiétude croissante de la communauté internationale face aux conséquences humanitaires, environnementales catastrophiques.  Cette activité s’inscrit dans le cadre des actions que nous sommes en train de mener en prévision du grand forum international de Paris pour le désarmement nucléaire ».

À ce jour, les 25 États africains suivants ont signé le Traité: Afrique du Sud, Algérie, Angola, Benin, Botswana, Comores, Côte d’Ivoire, Gambie, Ghana, Guinée-Bissau, Lesotho, Libye, Madagascar, Malawi, Namibie, Nigeria, République du Congo, Seychelles, Tanzanie et Togo. L’Afrique du Sud et la Gambie l’ont ratifié, et les États susmentionnés ainsi que d’autres poursuivent maintenant la ratification. Le TIAN entrera en vigueur une fois que 50 États l’auront ratifié ; au 10 Janvier 2020, 34 États ont fait cette démarche au niveau mondial.

 

    Leave a Comment